la Médiation

La Médiation 
Neutralité - Ecoute - Confidentialité

 site dédié à la médiation : www.coparentalité.org coparentalite .org

"C'est lors d'un conflit que nous mesurons
notre capacité réelle à exercer notre libre arbitre".
 
Jean-Louis LASCOUX
Secrétaire Général de l'Union nationale des Médiateurs
Auteur de "Pratique de la médiation, un mode Alternatif à la résolution des conflits" ed. ESF


Définition de la médiation :

  "La médiation , dans les situations conflictuelles, garantie une extension de l'exercice de la liberté relationnelle et contracuelle. Elle est en cela opposée aux systèmes judiciaire et arbitral qui dépossède les personnes de leur faculté de décider. La médiation propose un cadre, avec ses propres repères, constitués de règles de fonctionnement et de communication librement choisies par les protagonistes, et un processus avec des étapes facilitant l'accompagnement.

   La médiation est un processus, non pas une procédure. Le terme de procèdure appartient à la démarche juridique. La médiation ne saurait être entâchée de vice de forme, puisque le médiateur est le garant des principes formels choisis par les parties.

   Elle commence par la reconnaissance de la position des parties, en termes de légitimité, jusqu'à la formalisation, par écrit ou non, d'un accord le plus satisfaisant possible pour les parties.

   Le médiateur est indépendant de toute autorité et de toute influence culturelle. Il est impartial et neutre, garantissant discrétion et confidentialité. Ce professionnel doit, outre une expérience professionnelle dans le domaine de la résolution des conflits, avoir reçu une formation garantissant aux parties qu'il sait mettre en oeuvre les moyens effectifs pour proposer et maintenir la qualité du cadre de la médiation."
 

 Qui est médiateur professionnel ?


  Un médiateur respecte des règles de fonctionnement et de communication précises, une déontologie rigoureuse et une éthique qui vise l'exemplarité. Il a acquis une discipline pour accompagner les personnes dans des démarches délicates ou pour leur permettre de négocier et de décider dans un climat favorable à la prise d'engagements durables.

 Qu'est-ce qu'un médiateur ?

   " Facilitateur relationnel", le médiateur exerce indépendamment d'une tierce autorité, garantissant la confidentialité des échanges. Son seul parti pris est celui de la médiation et il n'influence pas les parties quant au choix de la solution la mieux adaptée.

  Le médiateur est un professionnel de la relation. Il peut exercer dans les différents champs de la médiation, qu'il s'agisse d'un contexte conflictuel avéré ou d'anticipation :
- animation de concertation
- accompagnement de fusion des organisations
- rétablissement d'un lien relationnel
- gestion d'un changement souhaité ou imposé
- facilitation de négociation
- créativité
- accompagnement vers la décision

  Le médiateur est créateur d'un espace où prime le libre consentement.

  En situation conflictuelle, il s'assure de la capacité de décider des protagonistes.

  Les interventions du médiateur peuvent être de plusieurs natures :
- administrative (courrier ou/et téléphone sans réunion entre les parties)
- navette (rencontres alternées entre chacune des parties et le médiateur)
- directe (réunion des parties)Le médiateur conçoit deux types fondamentaux de contextes de médiation :
- la médiation des relations durables (associés-amis, époux avec enfants, famille, relations dans la cité...)
- la médiation des relations non-durables (employeur-salarié, époux sans enfant, actionnaires...)
  
  Le médiateur intervient différemment selon cette typologie. Dans le premier cas, il donne une plus grande place aux aspects relationnels et émotionnels que dans le second où prime la relation aux résultats de la négociation.

  Néanmoins, quel que soit le contexte, il reste garant des règles de fonctionnement et de communication ; ces règles doivent permettre aux parties d'établir un contexte favorable de respect mutuel propice à une négociation visant une solution la plus satisfaisante possible. 

  Le médiateur ouvre éventuellement l'alternative des solutions intermédiaires.

 
Le médiateur et le droit :

  Le Médiateur n'est ni conseil, ni juge. Il intervient indépendemment des principes du droit, laissant aux parties le soin de s'informer sur l'état actuel du droit et, éventuellement de l'ordre public et des bonnes moeurs auprès des professionnels du droit. 

Le médiateur et les approches issues de la psychologie :

  - Le médiateur n'utilise pas les références et les grilles de la psychologie. Il n'intervient pas en "thérapeute" de la relation. Son cadre de référence est celui de la réalité, en dehors de toute interprétation, c'est à dire de la médiation, laquelle consiste en un contexte d'échange que l'intervention du médiateur permet de rétablir ou d'établir.

   Lorsque que j'interviens dans le cadre de la Médiation, je m'interdis d'intervenir en tant que thérapeute de la relation. Si l'un des protagonistes me fait de la demande d'une thérapie, je refuse de le prendre en tant que patient et je lui propose l'adresse d'un confrère ou d'une consoeur.

   - Le médiateur et la systémique : le médiateur fonde son approche sur la systémique des relations humaines. Chaque personne est un système relationnel à part entière qui entre en interaction avec d'autres personnes. L'intervention du médiateur consiste à favoriser la régulation relationnelle, agissant sur la forme et non sur le fond.

   - Le médiateur et l'autorité: l'autorité du médiateur porte sur le respect de la forme dans les échanges ; il n'intervient pas sur le fond. 

J'interviens aussi dans les groupes sociaux: Institutions, Asbl, Entreprises...


   Mes interventions de médiateur en entreprise permettent de réguler des situations de tension, d'accompagner et de faciliter les négociations.

   La médiation est un processus nouveau que tout Entrepreneur; DRH aujourd'hui doit connaître, et pas seulement le service de traitement des plaintes des organisations et des administrations, "ou leur bureau des pleurs).

   La médiation n'est pas seulement un moyen d'externaliser le traitement des différends par une voie plus économique que la voie judiciaire. Il est très réducteur d'associer médiation et procédure judiciaire. 

   La médiation est avant tout un outillage de savoir-faire dans les relations humaines, à la fois philosophique, pédagogique, de positionnement. Il s'agit d'une discipline pour le praticien et d'une approche qualité dans le domaine des RH.

  La démarche qualité des RH consiste a promouvoir une éthique au sein de l'organisation, non seulement dans ses relations externes, mais aussi, de manière cohérente, dans ses relations internes. Le respect des personnes, clients et fournisseurs, et de l'environnement, suppose aussi de ne pas se comporter a contrario en interne.

  Avoir une approche Ethique peut se traduire par l'énoncé de bonnes intentions. La motivation initiale se perd dans le manque de savoir faire de ceux qui proposent la "démarche éthique. Très concrètement, la "démarche éthique" peut se traduire par le versement d'une "cotisation" à une structure qui apporte son "label". La relation labellisatrice est plus financière qu'éthique dans ce genre d'opération.



Les plaintes pour harcèlement moral en hausse :

  Des maladresses managériales, des difficultés de gestion du personnel, des épuisements et des négligences aboutissent parfois à ce qui est vécu comme du harcèlement moral. 

  Résultat, des procèdures sont engagées et l'entreprise se retrouve confrontée à un climat social qui lui fait perdre de vue sa vocation réelle de production et de services.

  Mais aussi des stratégies élaborées dans des contextes difficiles génèrent vraiment du harcèlement. Parfois, il s'agit d'obtenir un départ, voire plusieurs... Pousser quelqu'un à bout devient un objectif. Erreur. Les textes ne sont pas encore connus, mais depuis 2002, l'entreprise doit faire de la prévention du harcèlement. La pratique du harcèlement peut être lourdement condamnée.

  Il est donc préférable d'instaurer un climat de négociation plutôt qu'un rapport de force. 

  On ne sait pas comment une personne peut réagir à un rapport de force. Certains qui paraissent très "solides" peuvent craquer et sombrer dans une dépression. L'initiateur du rapport de force peut très bien ne pas se rendre compte de l'authenticité de l'état de sa "victime". Il n'en reste pas moins qu'un arrêt maladie avec des témoignages vont dans le sens d'apporter des éléments étayant le harcèlement.

 Selon les contextes, le processus de médiation peut varier.

  D'une manière générale, en tant que médiateurs, nous intervenons dans des situations critiques, voire très conflictuelles. Un médiateur peut intervenir à la demande des parties, à l'initiative de l'une ou sur prescription d'un magistrat. Dans tous les cas, il doit rester neutre, impartial, témoigner de l'intérêt de la démarche contributive, à la fois par son expertise dans la relation d'aide à la décision, et par son expérience, éclairant le choix d'une résolution amiable d'un différend. Un médiateur peut donc intervenir en dehors de toute procédure judiciaire, dans un contexte de prévention de tension ou de conflit, avant, pendant ou après une procèdure.

  Un accord négocié - assisté d'un médiateur et validé par les conseils juridiques de chaque partie - est préférable à une procédure judiciaire. 

 
   Pour une première prise de contact


« Si tu souris, c’est moitié pour ton visage, moitié pour celui d’autrui. 
La paix, c’est comme un sourire. »
Adage tibétain

Page suivante>>>



© 2016 - CERES

Retour à la page d'accueil Plan du site