Les Approches ?

Les Approches ? 


-L'approche psychanalytique : conçoit la personne comme un sujet particulier, marqué par l'inconscient, un sujet de langage, avec une part de rêves, de fantasmes,... venant le déterminer.

Pour l'approche psychanalytique, la souffrance d'une personne est liée à des conflits pulsationnels de l'enfance (refoulés et inconscients). Selon cette approche, il y a souffrance quand il n'y a plus d'articulations entre l'inconscient et le conscient.

En résumé, la maladie est déterminée par des facteurs intrapsychiques.

  - L'approche systémique: conçoit la personne, non seulement comme un indvidu unique et singulier, mais également comme un membre actif d'un système (famille, couple, groupe professionnel, groupe social,...). Lorsqu'il y a symptôme, c'est le signal d'alarme d'un dysfonctionnement du système, le symptôme permettant au système de ne pas imploser. L'approche systémique s'intéresse donc à  la fonction du symptôme dans le système et tente de donner un autre sens au symptôme pour que le système puisse perdurer sans le symptôme.    

Ex : alors que ses parents sont dépressifs et que l'enfant s'inquiète de ce que ses parents peuvent faire en son absence, l'enfant peut développer une phobie scolaire pour contrecarrer cette angoisse.

 - l'approche psycho corporelle

« Nous vivons, travaillons, aimons avec notre corps à travers sa posture, ses manques et ses souffrances, il est le reflet de notre histoire !

Le toucher dans la relation thérapeutique confronte la cuirasse corporelle, aide à libérer les émotions refoulées et permet l’émergence de l’inconscient du corps. Le thérapeute psycho-corporel utilise la médiation du toucher comme vecteur de l’intervention thérapeutique ». (Michel Claverie, En 1993, fondateur de l’École du Corps-Conscience) 

Les thérapies corporelles (massages,  expression corporelle etc…) peuvent  permettre au patient de réaménager  des rapports significatifs avec lui et avec autrui. 

L’approche corporelle fonctionne  comme un médiateur symbolique qui favorise le sentiment de sécurité interne, la prise de conscience de l’existence corporelle et la relation avec les objets et les personnes .

 Page suivante>>>



© 2016 - CERES

Retour à la page d'accueil Plan du site